Comme d’autres formes de médias de divertissement, les anime ont une variété de genres qui offrent des expériences de visionnement différentes.

Lorsqu’il s’agit d’animes sportifs – surtout ceux qui traitent de sports d’équipe au niveau secondaire – l’expérience est généralement saine, avec un mélange d’enthousiasme optimiste et compétitif.

Le genre aborde rarement des sujets lourds, créant ainsi une expérience de visionnement parfaite et légère.

Cependant, un anime sur les sports d’équipe diffusé cet automne offre une expérience complètement différente : Blue Lock.

Basé sur le manga du même nom, Blue Lock comptera 24 épisodes, dont le premier est déjà disponible en streaming.

L’anime se déroule juste après la défaite de l’équipe nationale japonaise lors de la Coupe du monde 2018, lorsque le pays réalise soi-disant que ce dont il a besoin est un attaquant qui peut amener l’équipe à la victoire.

C’est ainsi que le programme titulaire Blue Lock est créé.

La première de Blue Lock établit la série comme un anime de sport différent

Blue Lock commence par montrer le match de football décisif de son personnage principal au lycée pour que son équipe obtienne un billet pour les Nationales.

L’équipe était menée d’un but, et le protagoniste Yoichi Isagi avait une occasion de marquer pour égaliser le score.

Cependant, son coéquipier lui a demandé de lui faire une passe car il avait un meilleur angle de tir.

Isagi s’est souvenu de la philosophie qui leur était inculquée : le football est joué par 11 personnes.

Il a donné le ballon à Tada, qui a irrémédiablement échoué à marquer.

Pour ne rien arranger, le turnover a conduit à une contre-attaque et à un but pour l’adversaire, scellant la chute de leur équipe.

Kira, l’attaquant de l’équipe adverse, a ensuite fait un discours sur le fait que sa victoire n’a été possible que grâce au travail d’équipe.

Cependant, tout ce qui a trait au travail d’équipe ou même au football typique s’arrête là.

Isagi reçoit bientôt une invitation de l’Union japonaise de football pour participer à l’ingénieux programme Blue Lock.

Dès le départ, Ego Jinpachi, l’organisateur du programme, affirme sa vision de produire un attaquant japonais révolutionnaire.

Il veut quelqu’un d’assez égoïste pour faire fi de son équipe si cela lui permet de marquer un but.

Pour y parvenir, il a placé 300 athlètes doués dans une configuration de bataille royale où le seul moyen de survivre est de virer les autres joueurs.

Blue Lock offre un frisson que même les amateurs d’anime non sportifs apprécieront

La première des nombreuses compétitions présumées était un mélange de football et de tag.

Les joueurs avaient 136 secondes pour éviter d’être « ça » et, une fois le temps écoulé, l’athlète qui était « ça » était éliminé.

La seule règle étant de ne pas utiliser les mains, les joueurs se sont empressés de l’exploiter.

Bachira Meguru a donné un coup de pied à Igarashi Gurimu pour éviter d’être tagué, et lorsque Kunigami l’a appelé, le Gurimu a profité de ce moment pour taguer Kunigami.

Lorsque Kunigami a tenté de taguer Gurimu à nouveau, l’attaquant chauve a utilisé Isagi comme bouclier, faisant effectivement de lui le « ça ».

Isagi n’a réussi à éviter d’être éliminé que lorsque Meguru lui a volé la balle, a monté un jeu et l’a fait éliminer Kira.

Blue Lock ne fait que commencer, mais il est clair qu’il ne s’agira pas d’un anime sportif shonen typique.

Cette série s’apparente davantage à des titres de bataille royale gore comme Alice in Borderland et Squid Game qu’à des anime sportifs sains comme Haikyuu ! et Aoashi.

Le frisson de Blue Lock ne vient pas de la joie de gagner une partie grâce à un effort d’équipe, mais du frisson de perdre sa vie à cause d’une seule erreur.

C’est le genre de frisson que les fans d’horreur et de gore connaissent bien.

Malgré cela, il ne déçoit pas nécessairement les fans du genre sportif, avec des moments exaltants où les personnages font preuve d’une quantité explosive de compétences.

Ceci étant dit, la vision unique de Blue Lock sur le football offre un contenu agréable aux amateurs d’anime sportifs et non sportifs.

A lire également